Les projets «Hello Mask» et «Le 5ème mur» remportent le Challenge Debiopharm-Inartis

Les projets «Hello Mask» et «Le 5ème mur» remportent le Challenge Debiopharm-Inartis

Doté d’une enveloppe de CHF 50’000, dont un premier prix de 25’000 francs, le Challenge Debiopharm-Inartis 2016 a été remis ce matin à l’EPFL à deux projets romands ex-aequo. Les deux lauréat sont d’un projet vaudois et d’un projet genevois qui pourrait aboutir chacun à créer une start-up pour commercialiser leur produit

Le Challenge Debiopharm-Inartis a été remis ce matin aux projets «Hello Mask» et «Le 5ème mur», qui ont chacun reçu une somme de CHF 12’500, destinée à financer le développement de leur concept. La cérémonie s’est déroulée dans le cadre du Salon Suisse de la santé, au SwissTech Convention Center (EPFL). Co-créé par Debiopharm Group et la Fondation Inartis, ce Challenge est doté d’une enveloppe de CHF 50’000, dont un premier prix de 25 000 francs. Il encourage l’innovation dans le domaine de la santé et récompense des projets réalistes destinés à améliorer le confort et la qualité de vie des patients en cours de traitement.

«Le patient est au centre de nos préoccupations», a confié sur place Thierry Mauvernay, Co-Président et administrateur-délégué de Debiopharm Group, instigateur de l’initiative. «Les différents projets reçus nous ont permis de constater qu’il ne faut pas nécessairement de gros moyens pour améliorer considérablement la qualité de vie des patients hospitalisés et pour modifier positivement l’expérience d’un séjour à l’hôpital.»

Le «5ème mur» du groupe de travail CHAT&SA, soumis par Constantinos Hoursoglou, Alban Thomas et Sabine André, est un écran flexible, organique et connecté suspendu comme un voile au-dessus des lits des patients en milieu hospitalier. Il a pour vocation d’accompagner les malades sur le chemin de la guérison en améliorant leur bien-être au quotidien et en préservant leur sphère intime.

Depuis leur nomination parmi les finalistes, le trio de CHAT&SA a pu confronter son projet aux regards et surtout à l’expertise de professionnels de la Clinique de La Source à Lausanne. Cette rencontre leur a permis de comprendre les contraintes architecturales, techniques, d’hygiène et de matériaux d’un tel projet. Par ailleurs, ils ont développé des partenariats avec des sociétés enthousiastes à l’idée de développer un tel objet. Citons à ce titre, Dupont, EuropSails et Somfy.

«Nous tenons vraiment à remercier Debiopharm, la Fondation Inartis et l’ensemble du jury de nous avoir donné l’opportunité de mener à bien ce projet enthousiasmant et engageant»,a déclaré le designer industriel Constantinos Hoursoglou, de l’agence CHAT&SA, à Genève. Nous croyons en notre «voile» tout comme nos partenaires. Nous espérons donc que ce projet connaîtra de beaux jours et pourra surtout permettre à de nombreux patients d’adoucir leurs séjours difficiles.»

«Hello Mask», soumis par Sacha Sidjanski est un prototype de masque d’hôpital transparent. Il a pour but d’améliorer l’échange et la communication entre les patients hospitalisés, ses proches et le personnel soignant. Ce projet est né de la rencontre entre Sasha Sidjanski et Diane Baatard, une conteuse pour enfants hospitalisés. Cette dernière a constaté que les masques blancs cachaient son visage et empêchaient les enfants de la reconnaître. Les expressions du visage étant au cœur des interactions humaines, le masque transparent permettrait de rétablir ce contact entre le personnel soignant, les proches et le patient.

Depuis sa nomination comme finaliste, l’équipe de «Hello Mask», basée au sein du programme EssentialTech Centre de Coopération et de Développement de l’EPFL, a fait appel à l’EMPA, l’Institut suisse des matériaux, à St Gall, et a obtenu des résultats probants avec certains matériaux. Outre cette validation scientifique, l’équipe s’est aussi adjoint les services d’un spécialiste des masques d’hôpitaux qui a une solide expérience industrielle et réglementaire.

«Ce prix apporte à notre projet un soutien crucial, qui nous permettra de développer cette technologie si importante pour les patients», a réagi Sacha Sidjanski de l’équipe «Hello Mask» qui se donne 18 mois pour valider son concept et sa faisabilité.

A propos du Challenge Debiopharm-Inartis

Lancé en décembre 2015, ce challenge s’est déroulé en deux étapes. En juillet dernier, le jury a tout d’abord retenu les 4 projets les plus porteurs, dont il a contribué à financer le développement avec une subvention de CHF 5000 chacun. Cette somme a permis aux équipes finalistes de matérialiser leur idée afin de la soumettre de nouveau au jury, quelques mois plus tard, en vue de déterminer les lauréats. Le jury, qui a joué un rôle essentiel non seulement dans la sélection des projets, mais également dans l’accompagnement, était constitué des personnalités du monde de la santé et des médias suivantes :

M. David Deperthes, Président du jury, Biologiste et Docteur en oncologie
Mme Ariane Dayer, Rédactrice en chef, Le Matin Dimanche
M. Dimitri Djordjèvic, Directeur Général, la Clinique de la Source
M. Bertrand Kiefer, Directeur, Editions Médecine et Hygiène
M. Karin Perraudin, Présidente, Groupe Mutuel
M. Daniel Walch, Directeur Général, Groupement Hospitalier de l’Ouest Lémanique.

Le Challenge Debiopharm-Inartis 2016 a réussi le pari de susciter des initiatives originales. Les 35 projets en lice sont venus d’horizons très variés, portés aussi bien par des individus, des entreprises, des associations de patients ou des professionnels de la santé, infirmières notamment.

«En tant que société pharmaceutique, nous devons aller au-delà du simple développement de médicaments. Nous devons imaginer des solutions globales, capables de prendre en charge le patient dans sa totalité», a ajouté Thierry Mauvernay, Co-Président de Debiopharm Group. «Debiopharm poursuit cette démarche centrée sur le patient depuis plusieurs années, ce qui nous a conduit tout naturellement au Challenge Debiopharm Inartis que je salue particulièrement aujourd’hui. Je suis très satisfait de la diversité des dossiers reçus, directement inspirés de l’expérience de patients et qui proposent des solutions concrètes et réalistes.»

«La Fondation Inartis a pour vocation de faire émerger l’innovation et de l’accompagner afin qu’elle se transforme en autant de solutions qui profiteront à la société. Les Challenges sont un moyen de dénicher de nouvelles solutions et de libérer le potentiel créatif de la société en redonnant du sens aux idées de chacun. Ils sont là pour accompagner l’intelligence collective», a expliqué Benoît Dubuis, Président de la Fondation Inartis, co-créateur du Challenge Debiopharm-Inartis. «Je suis intimement convaincu que dans un monde qui s’accélère de manière intrinsèquement interdisciplinaire, la coopération intellectuelle entre humains dans un environnement technique extraordinaire, est une solution pour faire émerger des idées de rupture, révolutionnaires, à même de co-construire notre futur.»

Source : startupticker.ch